Cet article fait partie d’une série, dont vous pouvez retrouver le sommaire par ici.

1. Vivre dans le déni

Les gens émotionnellement résilients acceptent la réalité comme elle est plutôt que de prétendre qu’elle est ce qu’ils veulent qu’elle soit.

C’est dans la nature humaine, de vouloir éviter la douleur (y compris quand elle est émotionnelle). Qui ne préfèrerait pas être heureux plutôt que triste ? Confiant plutôt qu’anxieux ? Satisfait plutôt que coupable et honteux ?

Avec ce désir d’éviter la douleur émotionnelle, on développe tous des mécanismes de défense, de subtiles stratégies destinées à nous éviter la souffrance des humeurs et émotions difficiles. L’un des mécanismes les plus puissants que l’on utilise, c’est le déni.

Voilà comment ça marche :

Supposons que vous vous rendiez compte que votre partenaire est devenu un peu plus distant et détaché dans votre relation ces derniers mois. Vous observez aussi qu’il passe une quantité surprenante de temps au bureau, travaillant de longues heures sur un projet avec son nouveau (et très attirant) collègue. La pensée vous traverse l’esprit que votre partenaire pourrait avoir une aventure, ou s’en rapprocher dangereusement.

Mais aussitôt que cette pensée apparaît dans votre esprit, vous ressentez une vague d’anxiété et d’effroi, et vous vous dites « Oh, c’est stupide… Il ne se passe rien du tout. » Et vous continuez à vivre votre vie, en voyant la distance continuer à grandir et en vous disant que « tout va bien ».

C’est le déni.

Comme la douleur potentielle que vous éprouveriez si vous découvriez que votre partenaire est en effet en train de vous trompez est très forte, vous en niez la possibilité et faites comme si de rien n’était, sans gérer le problème.

Le déni vous permet de vous sentir mieux à court terme, mais vous fragilise sur le long terme.

La réalité finit toujours par vous rattraper. Mais si vous avez passé tout votre temps à faire comme si tout allait bien, vous avez aussi évité de vous préparer à quelque chose de vraiment difficile. Ça vous rend fragile et faible : l’inverse de la résilience.

Les gens émotionnellement résilients sont prêts à se confronter à la réalité rapidement et à subir la douleur à court terme parce qu’ils savent que ça les mène à de meilleurs résultats à plus long terme :

  • Parler de votre peine est difficile, mais c’est beaucoup plus sain que de la laisser s’accumuler et d’utiliser de l’alcool pour lui faire face.
  • Vous confronter à vos peurs et à vos anxiétés frontalement vous rend plus confiant et assuré à la longue.
  • Reconnaître vos erreurs rapidement plutôt que de vous mettre sur la défensive et de rejeter la faute sur les autres vous rend la vie bien plus facile sur le long terme.

Les gens émotionnellement résilients comprennent que se confronter à la réalité est difficile mais stimulant. C’est comme ça qu’on apprend, qu’on grandit, et qu’on devient fort émotionnellement.

La réalité finit toujours par gagner. Il vaut mieux être de son côté dès le début.

« La vie n’est pas un problème à résoudre, mais une réalité à vivre. » – Soren Kierkegaard

Retrouvez le sommaire des 4 autres points juste ici !

— Librement traduit depuis l’article Medium de Nick Wignall