Cet article fait partie d’une série, dont vous pouvez retrouver le sommaire par ici.

5. Essayer d’échapper aux émotions douloureuses

Si vous essayez constamment de vous débarrasser des émotions douloureuses, vous entraînez votre cerveau à en avoir peur.

La marque de fabrique des gens émotionnellement fragiles, c’est d’être terrifiés de leurs propres émotions :

  • Ils sont anxieux quand ils sont tristes.
  • Ils sont fâchés d’être anxieux.
  • Ils se sentent coupables d’être fâchés.

Et parce qu’ils ont si peur de ressentir des émotions négatives, ils construisent autant qu’ils peuvent leur vie pour les éviter :

  • Ils évitent les situations sociales dans lesquelles ils pourraient être gênés.
  • Ils évitent les nouveaux challenges au travail par peur d’échouer.
  • Ils évitent les conversations délicates avec leur partenaire par peur que quelqu’un finisse en colère ou contrarié.

Même si cet évitement « fonctionne » à court terme, il est dévastateur quand le temps passe.

A chaque fois que vous essayez de fuir une émotion douloureuse ou de vous en débarrasser, vous apprenez à votre cerveau que les émotions douloureuses sont dangereuses, comme des menaces à surveiller de près, et qu’il faudrait éliminer ou fuir quand on y est confronté.

Ça mène à une hyper-vigilance constante à tout ce qui pourrait causer une émotion négative. Et quand vous vivez comme ça, le stress que ça entraîne est ingérable.

En plus de tout ça, quand vous rencontrez finalement une émotion négative, son intensité est décuplée parce que vous ajoutez une seconde couche de peur par-dessus cette émotion déjà difficile.

Se sentir mal, c’est déjà bien assez dur comme ça sans en plus se sentir mal parce qu’on se sent mal.

Les gens émotionnellement résilients ont pour habitude d’être curieux à propos des émotions négatives, plutôt que d’essayer de les éviter.

  • Ils s’approchent des émotions difficiles plutôt que de les fuir.
  • Ils se posent des questions à propos de leurs émotions plutôt que de leur donner des ordres.
  • Ils considèrent leurs émotions comme valables et compréhensibles quand elles sont difficiles.

Cultivez de la curiosité pour vos émotions, et elles deviendront bien plus gérables que vous ne l’imaginez. Et vous deviendrez bien plus résilient que vous ne l’auriez imaginé.

« Etre curieux à propos de ce qui ne nous regarde pas tout en étant encore ignorant de soi-même est absurde » – Platon

Retrouvez le sommaire des 4 autres points juste ici !

— Librement traduit depuis l’article Medium de Nick Wignall