C’est peu probable.

Si j’ai de la chance, je peux les regarder.

Mais seulement pendant une ou deux secondes.

Nos peurs brûlent si fort que si on les regarde en face pour de vrai, on pense que l’on risque de devenir aveugle.

Bien sûr, on peut penser qu’on fait face à nos peurs, pour de vrai, mais il est plus probable que l’on soit juste en train de regarder une distraction, une ombre de ce qui nous retient vraiment.

Parce qu’une fois que l’on est parfaitement au clair avec la peur, elle s’estompe. Elle peut même aller jusqu’à disparaître.

— Librement traduit d’après l’article de blog de Seth Godin