L’autre jour, un site bien connu m’a envoyé un message, pour me demander si je voulais qu’ils republient mon contenu. Oui, j’ai dit, pas de problème.

Dans les jours qui ont suivi, j’ai vu une grosse augmentation de mes vues, de mes abonnés, et de mes revenus. Plus de 500 nouvelles personnes se sont inscrites à ma newsletter cet après-midi-là. Beaucoup de ces nouveaux lecteurs ont acheté plusieurs de mes produits immédiatement, me rapportant des centaines d’euros pendant que j’étais assis dans mon canapé à regarder la télé.

Ce genre de choses arrive souvent. Et je ne dis pas ça pour me vanter (j’ai d’ailleurs passé des années à supplier désespérément des bloggeurs dont vous n’avez probablement jamais entendu parler de travailler avec moi, sans aucune réponse).

Je veux juste vous faire passer quelque chose :

Si vous réussissez à faire en sorte que les gens vous remarquent sans rien leur dire (en ligne ou en personne), de chouettes choses vont se produire pour vous.

Si vous faites quelque chose tous les jours, les gens vont finir par s’en rendre compte

Selon les mots de Zak Slayback :

« Combien de gens connaissez-vous qui se disent « entrepreneur » mais n’ont jamais lancé une seule entreprise ?
Combien de gens connaissez-vous qui se disent « écrivain » mais n’écrivent qu’une fois par mois ?
Combien de gens connaissez-vous qui se disent « coach sportif » mais ne coachent personne ?
Combien de gens connaissez-vous qui se disent « artiste » mais ne créent jamais rien ?
Etes-vous l’un de ces gens ? »

Si vous faites quelque chose tous les jours, les gens vont finir par s’en rendre compte.

(Si vous faites quelque chose bien chaque jour, beaucoup de gens vont s’en rendre compte ! Mais commençons par apprendre à ramper avant de marcher.)

La vérité, c’est que la plupart des gens ne sont pas constants. Ils commencent quelque chose, continuent pendant un temps, puis loupent quelques jours, puis d’autres encore, et avant même de s’en rendre compte, retournent à leurs habitudes d’avant.

Mais si vous êtes constant, les gens vont s’en rendre compte.

La plupart des gens sont incapables de garder des habitudes quotidiennes. Mais l’engagement quotidien, c’est la seule façon de réussir à acquérir une nouvelle compétence. Parce que chaque jour où vous continuez, des centaines d’autres arrêtent.

La seule raison (la seule) pour laquelle je suis confiant de ma capacité à arriver un jour parmi le top 1 % des écrivains dans le monde, c’est que je sais que je vais écrire tous les jours, sans exception.

Je vais lire mes livres tous les jours. Je vais pousser à la salle, manger sainement, et m’entraîner tout le temps.

Le jour où j’arrête de m’entraîner chaque jour, c’est le jour où je commence à perdre.

« A l’instant même où l’on accepte notre faiblesse et où l’on arrête de décider de grandir, on a atteint le MEILLEUR que l’on puisse être dans notre vie. A partir de là, tout n’est plus que descente. » – Ramit Sethi

Quand on commence quelque chose de nouveau, l’inconfort n’est que temporaire

« 95 % de notre société échouent encore et encore à prendre l’habitude de faire de l’exercice, à arrêter de fumer, à améliorer leurs régimes alimentaires, à suivre un budget, ou toute autre chose qui pourrait améliorer leur qualité de vie. Pourquoi ? Parce que la plupart des gens ne se rendent pas compte que les 10 premiers jours terribles quand on prend une nouvelle habitude ne sont que temporaires » – Hal Elrod

Les choses deviennent plus faciles quand on les fait. Si vous pouvez dépasser ce mur des premières semaines, les gens vont commencer à vous remarquer. Un jour, ils viendront vers vous.

C’est ce qui m’est arrivé. J’ai passé des années à contacter des blogs, des podcasts et des auteurs, les suppliant presque de travailler avec moi. Personne n’a jamais répondu. Personne n’aime le désespoir, surtout quand c’est celui de l’amateur que j’étais !

Mais quand j’ai commencé à me concentrer sur l’écriture de content vraiment, vraiment bon, ces gens sont venus d’eux-mêmes. Des magazines internationaux ont commencé à me contacter, demandant à republier mon travail. Mon premier éditeur est venu à moi et m’a proposé d’écrire un livre. Les blogs, les podcasts, les auteurs et les conférences viennent tous à moi sans que je n’aie besoin de leur dire quoi que ce soit.

Je vous le dis d’expérience, l’inconfort que vous ressentez en démarrant quelque chose de nouveau est seulement temporaire.

Et une fois que vous passez ce creux désagréable initial, vous pouvez accomplir des choses incroyables très vite.

Bien sûr, ça va être difficile. Il y a une bonne raison pour laquelle les gens ne sont pas constants.

Mais l’une des stratégies les plus sûres pour combattre la frustration et le désespoir est simple : imaginer mon futur si je continue.

Si je peux écrire tout le temps, je devrais pouvoir gagner assez d’argent pour que ma femme et moi puissions voyager (c’est l’un de nos plus grands désirs). Quand j’imagine le futur, je le fais de manière très spécifique : j’imagine voyager à Tokyo au Japon, et spécifiquement aller au marché poissonnier de Tsukiji pour manger du ventre de thon cru, l’une de mes gourmandises préférées.

Et je sais que je pourrai faire ça si je reste constant.

En gardant son objectif bien en tête, Stephen Covey a écrit Les 7 habitudes des gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent. Son livre devrait vous aider à traverser la période difficile du démarrage.

Ne pensez qu’à courir le plus vite possible, dans la bonne direction

Quand j’étais à l’université, je voulais vraiment me mettre en couple, mais j’étais célibataire depuis des années. Et frustré.

J’étais fatigué de toutes ces amourettes qui ne menaient nulle part et qui me brisaient encore un peu plus le coeur. Je ne savais pas quoi faire.

Et l’un de mes mentors m’a donné un conseil qui a tout changé.

« Cours juste aussi vite que tu peux, m’a-t-il dit. Sois la meilleure personne que tu puisses être. Tôt ou tard, tu regarderas autour de toi et tu verras quelques autres personnes qui courent aussi vite que toi. C’est avec elles que tu créeras des connexions. »

OK, je me suis dit.

J’ai arrêté de me concentrer sur les filles et les gens autour de moi. J’ai arrêté d’essayer d’avoir l’air bien et je me suis mis à travailler pour être vraiment bien : être plus patient, avoir plus confiance en moi, être fier de moi.

J’ai travaillé sur moi. Je courrais aussi vite que je pouvais dans cette direction.

Et puis j’ai rencontré une fille qui s’appelait Kimi. Elle courrait aussi vite que moi.

On vient de fêter nos 5 ans de mariage, et on attend notre premier enfant.

Les gens vous remarquent quand vous êtes sur la même longueur d’onde qu’eux

La plupart des gens essayent de forcer le destin : ils tentent d’obtenir une promotion avant d’être prêts, ils se mettent en couple avec d’autres qui ne leur conviennent pas parfaitement. Si vous forcez quelque chose, ça ne marche presque jamais au final.

A la place, courez le plus vite possible dans la bonne direction. Les bonnes personnes viendront à vous.

C’est ce dont parlait Steve Martin quand il a dit : « Soyez si bon qu’ils ne peuvent pas vous ignorer ». Beaucoup de gens essayent d’avoir les récompenses avant de les mériter, pensant qu’ils se doivent de les obtenir, ou qu’ils y ont déjà passé assez de temps.

C’est ce que j’ai fait pendant des années, en essayant de faire en sorte que des gens importants republient mon contenu et me conseillent sur mes problèmes.

Ça n’a jamais marché. Mais dès que j’ai commencé à travailler sur moi-même et à courir le plus vite possible dans la bonne direction, ces gens sont venus à moi d’eux-mêmes.

Soyez si bon qu’ils ne peuvent pas vous ignorer.

En conclusion

Si vous voulez que les gens vous remarquent sans rien avoir à dire, faites juste constamment du bon boulot. Courez le plus vite possible dans cette direction.

Franchement (c’est le grand secret), vous n’avez même pas besoin de le faire bien ! La constance bat le talent, la chance, les bonnes intentions, et même la qualité. Prenez juste le temps.

Quand je me suis mis à prendre l’écriture au sérieux, j’ai écrit chaque jour pendant un mois ou deux. J’étais nul ! Mais les gens ont commencé à me remarquer. Et plus j’ai écrit, mieux j’ai écrit. Comme Ray Bradbury a un jour dit, « Vous ne pouvez pas écrire 52 mauvaises nouvelles d’affilée ».

Le problème, c’est que quand les gens se heurtent au mur qui arrive à la deuxième ou troisième semaine. Comme ceux qui s’inscrivent à des cours en ligne, comme ceux qui s’inscrivent dans les salles de sport dans les premières semaines de Janvier.

Tout le monde commence fort. Peu de gens finissent forts.

Mais si vous faites quelque chose chaque jour, les gens vont finir par s’en apercevoir. Les gens vont finir par venir à vous.

— Librement traduit d’après l’article Medium d’Anthony Moore