Parce que vous méritez de cicatriser.

Je préfère vous le dire d’avance, ceci n’est pas une dissertation sur comment arrêter d’aimer quelqu’un. J’ai la profonde conviction que si vous avez vraiment aimé quelqu’un, ça ne part jamais vraiment. Cet amour restera sans doute toujours avec vous.

Mais que vous ayez rompu ou que l’autre l’ait fait, passer à autre chose quand vous l’aimez encore peut être dur.

Les laisser, en revanche, c’est un acte de gentillesse et d’acceptation radicale, autant pour vous que pour lui. C’est horriblement difficile. Mais complètement faisable.

Je vais commencer par vous donner le secret qui permet d’y arriver : nous devons nous aimer nous-mêmes suffisamment pour passer à autre chose et vivre pleinement nos vies sans eux. Bien sûr, oublier quelqu’un dont vous pensiez que c’était le bon n’est pas une promenade de santé, alors je vais partager ce qui a fonctionné pour moi, en espérant que ça arrive sous les yeux de quelqu’un qui est là où j’étais il y a un an, au beau milieu du plus gros chagrin d’amour de ma vie.


Coupez les ponts

Cette étape fait mal. Vous pourriez imaginer que je suis trop dur, que j’essaye de vous faire punir votre ancien amour. Eh non, bébé. C’est pour vous et votre santé mentale. Certains pourraient dire que cette étape est mesquine, et que vous devriez rester ami avec votre ex. Mais ça n’arrive pas du jour au lendemain, et si vous voulez être ami avec quelqu’un qui vous est si cher, vous devez d’abord passer à autre chose. C’est la meilleure chose à faire, pour vous deux.

L’une des difficultés à couper et maintenir coupées les communications est notre propre biologie. Nos cerveaux sont remplis d’hormones et de molécules qui dirigent nos vies si on les laisse faire, et l’une de ces molécules est appelée dopamine. La dopamine joue un rôle essentiel dans les addictions, et c’est d’ailleurs à cause d’elle qu’on se sent addict à notre partenaire au début d’une relation. Alors, que se passe-t-il quand cette personne disparaît soudainement de votre vie ? Vous avez viscéralement besoin de cet afflux de dopamine, et vous feriez n’importe quoi pour en avoir, même si ça veut dire rester en contact malgré la douleur.

La dopamine déclenche dans nos cerveaux des feux d’artifice dignes du 14 juillet quand on interagit avec nos anciens partenaires, en nous faisant recevoir une dose de la drogue à laquelle on n’a plus accès. Lors d’une rupture, cette dopamine peut faire grand mal à votre santé mentale et émotionnelle.

Couper le contact vous protège dans les moments où vos émotions oscillent entre colère, tristesse et supplication (en dehors du cadre du processus de deuil). Malheureusement, pour que vous cicatrisiez et que vous passiez à autre chose, vous devez arrêter de parler tous les deux jusqu’à nouvel ordre. Ça veut dire le supprimer de vos amis sur les réseaux sociaux, supprimer son contact de votre téléphone, bloquer leur numéro si vous pensez que c’est nécessaire, et même les supprimer de vos relations sur LinkedIn ! (c’est quelque chose que j’ai eu à faire, voilà la vie que nous menons en 2019).

Laissez-moi vous dire à quel point cette étape est cruciale dans vos efforts de reconstruction. En supprimant la tentation de les contacter, vous protégez tant vous-même que votre dignité. Ça vous évitera de tourner en rond avec des questions qui ne vous mènent nulle part, des appels au milieu de la nuit qui finissent avec des larmes ou des sessions de stalking sur les réseaux sociaux qui vous rendent juste frustré et anxieux.

Vous n’avez pas besoin de leur annoncer que vous faites ça. S’il vous contacte, vous pouvez l’ignorer, ou lui dire brièvement mais gentiment que vous prenez du temps pour vous le temps de vous remettre. Pas besoin de vous engager davantage. Faites juste ça, et faites-le pour vous. Quand vous serez complètement passé à autre chose, vous pourrez supprimer ces blocages si ça vous dit et si vous sentez que vous êtes prêt à lui reparler, mais seulement si vous n’avez aucune intention ni aucun espoir de vous remettre ensemble.

Petite parenthèse : Internet est rempli de blogs et d’« experts en amour » qui recommandent d’utiliser le silence radio comme une méthode pour récupérer votre ex. Je ne cautionne pas leurs activités. Ils tirent parti des gens qui ont le coeur brisé, et conseillent des techniques qui relèvent de la manipulation pure et simple. Ce n’est pas comme ça que fonctionnent les relations amoureuses. Coupez les ponts pour vous remettre, pas pour vous remettre ensemble.

Evitez les musiques, endroits, choses et trucs qui vous le rappellent, pour l’instant

Comment voulez-vous oublier quelqu’un, a fortiori quelqu’un que vous aimez, si vous écoutez constamment cette playlist pleine de chansons qui racontent votre histoire ensemble ? Il faut arrêter de vous torturer vous-même. Je sais, je suis moi-même tout à fait coupable d’avoir fait ça. J’ai mis beauuuucoup de temps à arrêter d’arracher ces croûtes émotionnelles. Les premières notes de Tennessee Whiskey pouvaient m’envoyer dans des crises de larmes terribles. C’est une super chanson, mais peut-être pas celle que j’aurais dû écouter en boucle durant les pires moments de mon chagrin d’amour, laissant les fredonnements de Chris Stapleton appuyer sur mes plaies.

Certains endroits peuvent être difficiles à éviter, surtout si vous passez souvent à côté pour aller à l’école ou au travail. Il y avait de souvenirs dans toute ma ville, qui me hantaient à chaque pas. Les restaurants, bars, hôtels, parcs et cafés où on avait l’habitude d’aller faisaient vaciller mon coeur à chaque fois que je les revoyais.

Alors, j’ai commencé à me distraire moi-même quand j’avais absolument besoin de passer à côté de ces lieux hantés. Je choisissais de me concentrer sur d’autres choses, comme regarder les gens autour de moi, écouter les bruits de la rue, me remémorer mes tâches du jour, en fait, n’importe quoi qui me fasse penser à autre chose. La douleur a fini par diminuer, et maintenant, je passe à côté de ces endroits comme si je passais à côté de n’importe quel autre endroit.

Et pour les choses ? Les bibelots qu’ils vous ont donnés et qui traînent un peu partout chez vous, les trucs que vous avez achetés ensemble, etc. Vous devez être suffisamment courageux, soit pour les jeter, soit si vous êtes sentimental comme moi, les mettre dans une boîte et la ranger à un endroit où vous ne la verrez pas. Loin des yeux, loin du coeur. Ne vous autorisez même pas à être tenté de jeter un oeil dans cette boîte tant que vous ne serez pas complètement guéri.

Vous devez vous aimer suffisamment pour lâcher ces endroits et ces choses, même temporairement. Elles n’ont pas besoin de disparaître pour toujours, mais peut-être juste pour le moment.

Observez vos émotions, ressentez-les et laissez-les partir

Je sais que je viens de parler d’éviter les endroits et les choses qui provoquent des émotions, mais il y a une différence entre vous protéger délibérément et éviter les émotions négatives.

Si vous ne travaillez pas sur vos émotions négatives maintenant, elles vont juste continuer à apparaître, d’une manière ou d’une autre. Peut-être qu’elles vont devenir de plus en plus intenses, vous criant de les accepter, jusqu’à ce que vous vous effondriez dans un tram en plein dans l’heure de pointe (ça m’est arrivé). Ou alors, elles réapparaîtront plus tard, dans une autre relation, vous faisant revivre les scénarios que vous viviez avec votre ancien partenaire, vous condamnant à redanser la même danse avec quelqu’un d’autre. Les émotions sont là pour une bonne raison : elles nous apprennent des leçons et nous donnent des renseignements sur ce que l’on est en train de traverser.

Je suis ce que l’on appelle une personne hypersensible. Je ressens tout 10x plus intensément que la plupart des autres gens, y compris les émotions négatives. Yay, c’est génial ! Pas tant que ça. Mais mon expérience des chagrins d’amour m’a appris que je ne pouvais pas éviter ces émotions, sans quoi elles reviendraient me botter les fesses. J’ai dû apprendre comment m’asseoir, fermer mes yeux, nommer les émotions qui apparaissaient, et les laisser me traverser.

Vous voyez, quand vous laissez vos émotions remonter à la surface pour respirer, vous leur permettez de quitter votre esprit. Elles vont chercher de l’air, plutôt que de faire le bazar pour avoir votre attention. Elles doivent être reconnues et acceptées pour ce qu’elles sont : une part entière de l’expérience de l’être humain. Parce que sans ombre, il n’y a pas de lumière. On doit vivre l’obscurité de la nuit pour apprécier pleinement la lumière de l’aube.

Bien sûr, les ressentir une fois ne veut pas dire que ces émotions ne reviendront plus. Mais à chaque fois qu’elles le feront, elles seront un peu moins fortes. Et un beau jour, elles ne vous feront plus de mal.

Mais que faire avec les sentiments d’amour que vous gardez dans votre coeur ? Devriez-vous juste continuer à vous baigner dedans, ou vous battre contre eux ? Ni l’un ni l’autre. Je me suis aperçu que ces deux approches ne faisaient que renforcer ma douleur. A dire vrai, essayer de lutter ou laisser ces sentiments remonter à la surface n’a fait que les rendre plus forts, comme s’ils étaient toujours en première ligne dans mon esprit.

A la différence des autres émotions, il ne vaut mieux pas laisser l’amour faire surface en attendant que ça passe, parce que l’amour reste. A la place, vous devriez silencieusement et objectivement observer cet amour. Essayez de ne pas vous juger vous-même pour ces sentiments, parce que le jugement ne peut que renforcer leur importance. D’ailleurs, l’amour est l’un des plus beaux cadeaux que l’on ait reçus en tant qu’humains, et il n’y a pas de problème avec le fait de garder dans votre coeur de l’amour pour une personne avec qui vous n’êtes plus tant que vous ne le laissez pas vous consumer.

Tenez un journal et explorez le coeur de votre être. Devenez votre propre pierre.

Quitter la personne que vous aimiez, sur laquelle vous vous reposiez, et vers laquelle vous vous tourniez est vraiment difficile. Mais au bout du compte, vous êtes tout ce que vous ayez vraiment. C’est un concept qui peut sembler à la fois terrifiant et libérateur. Vous devez la remplacer, par vous-même. Le support qu’elle vous donnait, par le support que vous pouvez vous donner vous-même. Son amour, par l’amour que vous avez pour vous-même.

Avoir des amis et de la famille dans cette période difficile de votre vie est formidable. En fait, il est crucial pour votre bien-être et votre guérison que vous receviez du soutien extérieur et de l’amour de la part de vos proches. Le soutien interne, en revanche, est ce qui vous permet vraiment de cicatriser. Ça commence par plonger profondément dans votre propre personne, et coucher sur le papier vos émotions, vos pensées et vos réflexions.

Tenir un journal, pour moi, a été l’une des étapes les plus vitales de ma guérison. Et quand je dis vitales, je le pense. L’agonie de ma dépression avait fait émerger chez moi des pensées noires. De ne plus avoir envie de vivre. De ne pas être capable de supporter le poids de simultanément aimer quelqu’un et tenter de l’oublier. Alors j’ai pris l’habitude d’écrire à chaque fois que l’ancre de la dépression menaçait de me noyer, même si ça signifiait écrire plus de trois fois par jour.

Je lui ai écrit des lettres, et j’en ai écrit à mon « moi » passé et futur. J’ai écrit des pensées, des mauvais rêves que j’avais eu la nuit d’avant, des discours d’encouragement, et plein d’autres choses. Quelque chose de magique se produisait à chaque fois que je posais le stylo, mes poignets et mes doigts épuisés par mon écriture incessante. Je me sentais soulagé. Libéré d’un poids. A mesure que j’apprenais à me connaître, mon intérêt s’est déplacé de mon ancien partenaire à moi-même, à ce que je voulais dans ma vie. J’attribue les plus beaux moments de ma guérison aux multiples journaux que j’ai remplis cette année.

Je suis devenu ma propre pierre. Mon propre meilleur ami. Mon propre partenaire solide qui n’oubliait jamais de venir, et qui était toujours là. C’est un sentiment que j’ai mis 29 ans à avoir, et mon seul souhait aurait été d’y arriver plus tôt.

Et pour finir, vivez votre vie pour vous

Je ne pourrai jamais assez répéter que c’est le moment pour vous de creuser vraiment profondément et de trouver ce que vous attendez de la vie. Pas besoin de tout planifier, mais commencez au moins par les prochains mois. Voyagez. Lisez plus. Définissez des objectifs et travaillez dur pour les atteindre. Rencontrez de nouvelles personnes, tant pour des relations platoniques que romantiques (quand vous serez prêt, bien sûr). Prenez des cours. Obtenez un diplôme. Eclatez-vous. Allez danser !

Vous concentrer sur vos propres nouveaux rêves et objectifs plutôt que sur ceux que vous partagiez avec votre ancien partenaire vous libère comme rien d’autre. Soudainement, vous devenez si occupé par votre vie que vous vous rendez compte que vous ne pensez plus tant que ça à lui.

Pas parce que vous vous en fichez. Pas parce que vous ne l’aimez pas. Mais parce que vous vivez votre vie pour vous. Prenez votre vie pour un film. Pourquoi laisseriez-vous quiconque d’autre que vous tenir le rôle principal de ce blockbuster hollywoodien ? Pourquoi laisseriez-vous quiconque d’autre s’asseoir dans la chaise du réalisateur, avec son nom derrière ? Tout ça, c’est pour vous, et vous seul ! Vous seul décidez de ce que vous voulez maintenant. Vous explorez ce que le monde a à vous offrir sans devoir demander la permission à quiconque d’autre que vous-même. Vous voulez visiter Paris ? Pourquoi attendre d’avoir quelqu’un avec qui y aller ? Prenez-vous par la main, profitez d’une balade le long de la Seine, et imbibez-vous de la magie de la Ville Lumière !


Pour terminer

Il y a des choses dont je n’ai pas parlé, parce que c’est encore un autre sujet : si les choses deviennent trop difficiles à gérer seul, rappelez-vous d’aller vous faire aider. Personne ne devrait jamais penser qu’il est tout seul pendant des moments si difficiles. Ne vous renfermez pas sur vous-même. Restez ouvert à vos proches, mais aussi à un professionnel qui est bien outillé pour vous aider à devenir la meilleure version de vous-même et à accepter quelques vérités difficiles.

L’une des meilleures choses que j’aie faites a été d’investir sur moi en me faisant aider par un psy. Après des années à chercher, je n’avais jamais vraiment trouvé un praticien qui m’aille avant de tomber sur l’actuel. Oui, ça allège mon porte-monnaie et oui, je suis conscient que tout le monde n’a pas accès à ce type de soutien. Mais si c’est le cas pour vous, et que vous pouvez faire une petite place pour ça dans votre budget, alors n’hésitez pas à trouver quelqu’un qui vous accompagne dans ce voyage difficile.

Un autre outil qui m’a aidé durant les neuf premiers mois de mon chagrin d’amour, c’est une app qui s’appelle Mend. Chaque jour, elle vous demande si tout va bien et vous encourage, en personnalisant les messages en fonction du type de rupture que vous êtes en train de traverser. Que ce soit à cause d’une infidélité, de la distance, de difficultés à s’engager, elle saura vous aider. Si vous vous abonnez, vous pouvez même rejoindre leur groupe Facebook, sur lequel vous pouvez trouver des gens qui sont dans la même situation que vous. Cette app m’a aidé à me sentir moins seul, et à me faire accepter la situation.

Et surtout, n’essayez pas, n’essayez vraiment pas, de remplacer votre ancien partenaire par quelqu’un d’autre. C’est ce que je faisais avant, en ajoutant de la douleur à la douleur quand mon nouveau partenaire ne faisait pas le poids face au fantôme de mon ex. Vous pourriez finir bien plus mal que vous n’aviez commencé ou même, pire encore, faire du mal à quelqu’un d’autre. Laissez-vous le temps de cicatriser. Faites tranquillement quelques rencontres si vous vous sentez prêt. Mais n’utilisez jamais quelqu’un d’autre pour remplir un vide dans votre coeur. Nous sommes tous humains, nous méritons l’amour, et nous ne méritons pas d’être utilisés.

Je ne pensais pas être un jour de ce côté-là de la balance, à devoir oublier quelqu’un que j’aime encore. Parce que je l’aime encore. Je veux le meilleur pour lui. Mais je suis là, un an plus tard. Vivant, et épanoui. Tout ça parce que j’ai eu le culot de m’aimer plus. C’est un voyage qui nécessite un peu d’huile de coude émotionnelle et mentale, mais si j’ai pu le faire, vous pouvez aussi. Je crois en vous.

— Librement traduit d’après l’article Medium de Kelsey L.O.